Avant toute chose, sachez que le robinet tout désigné pour la consommation d’eau est celui de la cuisine. Nous vous déconseillons de boire l’eau provenant d’un robinet extérieur qui ne bénéficie pas d’un entretien ménager soigneux.

 

Ressource alternative
 


Au jardin, comme dans le garage, il se peut que votre robinet soit alimenté par une ressource alternative et non-potable. Signalez-le !
Par sécurité pour vous et vos proches, apposez un sigle «eau non potable» sur tout robinet alimenté par une ressource autre que l’eau issue du réseau public de distribution d’eau.
 


 

 

Vous voulez profiter de la vie sur un transat. Vous avez bien raison !
N’attendez pas d’avoir soif pour boire. Avant, pendant et après l’effort, consommez l’eau pour éviter la déshydratation et rester en parfaite santé ! Cela vaut aussi pour une exposition prolongée au soleil. Pensez aux enfants qui, pris par leur jeu, ne pensent pas à boire, mais aussi à nos aînés dont la sensation de soif s’amenuise avec les années contrairement à leurs besoins réels.détente au jardin

Robinet au jardin  

Disposer d’un robinet extérieur est sans conteste un réel facilitateur pour répondre aux multiples besoins au jardin ou tout simplement l’entretien des terrasses. Un robinet sur lequel vous pouvez raccorder un tuyaux d’arrosage, par exemple, doit obligatoirement être muni d’un système de protection efficace (clapet anti-retour de type EA) afin d’éviter tout retour d’eau.

 

Pensez bien à mettre ce robinet extérieur en hivernage dès le mois d’octobre, car vos besoins entrent alors en dormance jusqu’au printemps. Sous l’effet du gel, l’eau gonfle dans les tuyauteries et risque de les déchirer, ce qui signifie rapidement des fuites qui ne sont pas toujours visibles sinon par une trace plus sombre sur vos  briques et le développement de mousses.

Soyez vigilants !
 

 


Installer un petit dispositif fixé dans le mur - et non à la tuyauterie - pour suspendre un seau le temps du remplissage vous allègera de maux de dos.

 

Tuyau d'arrosage, minute papillon !

Un tuyau d’arrosage peut s’avérer un gros gaspilleur d’eau. Ne vous fiez pas à la lance de ce tuyau pour fermer l’eau
après utilisation, préférez un arrêt au niveau du robinet extérieur. 
Quoi qu’il en soit, respectez toujours une interruption  physique entre l’embout et le niveau d’eau maximum d’un récipient à remplir ou de votre étang.

 

Alimentation de pièces d'eau  

> Vous disposez d'un bassin d'agrément ?
Etang ou piscine, les protections contre le gel seront à mettre en place dès octobre.

> En ce qui concerne les piscines pour petits enfants  sans système de traitement, veillez à renouveler l’eau chaque jour. En effet, se baigner dans une eau qui a stagné au soleil n’est pas recommandé pour un bon état de santé.

> Vous disposez d'une infrastructure pour adultes ? Vérifiez votre pH et la teneur en agents bactéricides, ainsi que l’éventuelle dose de chlore libre dans l’eau. Enfin, si ces installations bénéficient de conduites de réalimentation, assurez-vous, comme dans le cas d’une citerne d’eau de pluie, qu’il n’existe pas de connexion physique entre l’embout du tuyau de réalimentation et l’eau du bassin. Cette réalimentation ne peut donc jamais être noyée sans un dispositif de sécurité adéquat (voir schéma ci-dessous).

Prudence  !
En cas de doute, vous pouvez contacter nos spécialistes au 04.267.09.71.

 


Ne laissez jamais un
enfant sans surveillance
à proximité d’une pièce d’eau
.
 Une noyade, même dans 20 cm d’eau
est très vite arrivée. Cela vaut aussi
pour la baignoire !  Soyez vigilant
et condamnez efficacement
tout accès à ces volumes
d’eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

Citerne d'eau de pluie


S’assurer de la possibilité d’une réalimentation de votre citerne d’eau de pluie via le circuit de l’eau de distribution pour les périodes de canicule, cela ne s’improvise pas. Et si vous y avez relié vos électroménagers et vos WC, vous constaterez qu’il existe réellement des périodes suffisamment longues sans pluies en Wallonie pour subir ces pénuries.

En aucun cas, vous ne pouvez disposer d’un système composé uniquement de vanne(s) et de clapet anti-retour. Il doit obligatoirement exister une séparation  physique entre la margelle de votre citerne et le tuyau d’alimentation de secours. Cette séparation physique est le garant imparable qui vous protège, ainsi que les citoyens de votre quartier, de toute pollution du réseau public de distribution d’eau par retour d’une eau impropre à la consommation. Les risques et les éventuelles conséquences peuvent être fâcheuses, économiquement, mais surtout pour la santé publique.

 

 

Autres alternatives (puits privé, ...)

 

Il existe encore de nombreux puits privés en contact direct avec la nappe phréatique. La plupart de ceux-ci sont antérieurs à l’arrivée de l’eau de distribution dans les habitations.

Ils sont souvent devenus obsolètes et ne sont conservés qu’à titre décoratif. Sécurisez l’accès à ces puits. Planches branlantes pour tout couvercle ou maçonnerie qui s’effrite ne sont pas rares et présentent un véritable danger de chute pour les enfants et les animaux domestiques, voire les adultes. Si vous désirez reboucher ces infrastructures, il existe une procédure à suivre pour respecter la nappe phréatique et les constituants du sous-sol. Pas question d’y entasser votre compost, par exemple, cela risquerait grandement de polluer la nappe d’eau qui alimente, par ailleurs, votre habitation ! Notre service de protection des captages se tient à votre disposition pour toute information complémentaire (accéder au formulaire de contact).

Notez également que tout risque de pollution est suivi de près par nos services qui peuvent être alertés au numéro de téléphone suivant, accessible 7 jours sur 7 et 24 h sur 24, en cas de pollution : 04/367.84.11

 

 

Bon à savoir

Par ailleurs, d’autres dispositifs sont nécessaires sur votre installation à usage privatif à commencer par le clapet anti-retour qui se situe, du côté de l’habitation, juste à côté du compteur d’eau. Il vous appartient de vérifier son bon fonctionnement.

Comment s'y prendre ?

Après le compteur d’eau, du côté de votre installation, vous devez disposer d’un clapet anti-retour contrôlable (type EA), c’est la loi. Pour le contrôler, nous vous suggérons la réalisation suivante :

Si vous fermez la vanne ci-dessus (en vert) et que vous ouvrez le robinet purgeur, vous ne devez pas constater d’écoulement à l’exception du volume d’eau contenu dans la vanne. Dans le cas contraire, votre clapet anti-retour ne fonctionne plus. Appelez votre plombier au risque de devoir supporter les frais de la remise en état du réseau public de distribution si une eau non potable y entrait par l’intermédiaire de votre installation ! Attention, aucun dispositif, bac ou tuyau ne peut être  raccordé sur ce robinet purgeur.

Vous installez un élément à ancrer dans le sol ?

Vérifiez toujours l’emplacement de vos alimentations souterraines avant d’implanter un élément lourd au jardin.

 

 

Contribuez au développement durable

 

En consommant l’eau du robinet, vous optez pour un produit de terroir à faible empreinte écologique.

Nos zones de captages sont attentivement surveillées par des équipes spécialisées. Depuis plus de 30 ans, le dialogue avec les agriculteurs est constant afin que les pratiques agricoles intègrent la notion de protection des nappes phréatiques. Des fermes pilote ont permis d’expérimenter les techniques les plus respectueuses. La  CILE s’inscrit également dans une démarche de gestion durable et raisonnée de ses espaces verts. Elle mène des activités de sensibilisation en donnant l’exemple de pratiques favorables à la biodiversité et à l’environnement, dans ses zones de captages notamment.
De même, plusieurs parcelles autour de réservoirs et de châteaux d’eau sont gérées par éco-pâturage ou font l’objet d’un fauchage tardif. Des produits et des techniques respectueuses de l’environnement sont utilisés pour la gestion des autres espaces verts.

 

Jardinez bio

  • Evitez l’apport d’engrais chimiques au jardin.
  • Réalisez votre propre compost. Des filières de formations sont proposées par les communes.
  • Par l’association de plantes, vous éviterez également le recours aux insecticides et pesticides.
  • Installez une coupole d’eau pour offrir boisson et endroit de baignade aux oiseaux. Ils fréquenteront ainsi d’avantage votre jardin et s’y régaleront d’insectes.
  • Ce n’est pas paradoxal, installer un hôtel à insectes, qui vous paraîtra peut-être plus esthétique que de laisser des végétaux fanés au sol, vous permet d’accueillir ceux qui sont prédateurs des véritables nuisibles.
  • Recourir au décapeur thermique pour éliminer les mauvaises herbes permet d’éviter.
  • Les herbicides toxiques tant lors de la manipulation que dans le résultat de vos cultures de produits comestibles.
  • En arrosant intelligemment, vous économiserez l’eau. Evitez les heures chaudes propices à l’évaporation rapide ou les jardinières de couleur sombre qui retiennent la chaleur, par exemple.
  • Enfin, ne dit-on pas qu’un bon binage vaut 2 arrosages !

Il vous reste à empoigner votre transplantoir et à passer de savoureux moments de loisirs au jardin !